Posts tagged ‘Humour’

Perpète-lès-Oies vs. Chibougamau

Saint-Louis-du-Ha! Ha!, Quebec, Canada,

Saint-Louis-du-Ha! Ha!, Quebec, Canada.
(Auteur P199)

En cette période de vacances, nous serons nombreux à nous rendre vers ces deux contrées qui, même si l’une d’entre elles existe bel et bien, représentent tout un imaginaire de lointain, d’éloignement, de solitude et d’isolement…

Ces représentations font rêver de nos jours et constituent des attraits positifs et prisés, comme il se fait de plus en plus difficile de s’éloigner de la « civilisation »… Si celle-ci gagne chaque année un peu plus de terrain sur la ruralité et la vie sauvage, il n’en demeure pas moins essentiel pour les humains de se reconnecter à la nature et heureusement, les vacances sont  là pour ça pour beaucoup d’entre nous. D’ailleurs, l’origine de mot « vacances » vient de « terre non-cultivées », je dis ça juste comme ça…

Mais revenons à nos moutons! Il faut préciser que ces expressions ont étés adoptées avant la démocratisation de nos intérêts biens urbains (certains diront même boho-chic ou bobo) d’éloignement et qu’elles étaient utilisés principalement de manière péjorative, évoquant plutôt le cul-de-sac…

Tout d’abord, voici l’étymologie de « Perpète-lès-Oies » tel que donné par Wiktionnaire:

« De perpète qui indique un endroit lointain et oie qui indique un aspect rural comme dans Trifouillis-les-Oies. »

« Nom de lieu imaginaire, employé pour signifier qu’une personne habite dans un lieu isolé, difficile d’accès, un bled, un trou perdu.
Ex: Il vit à Perpète-lès-Oies. » 

A la lecture de cet article de Wiktionnaire, on se rend vite compte qu’il y a beaucoup d’autres expressions de ce genre que les français ont inventés afin de ne pas froisser directement leurs concitoyens (bien qu’ils utiliseront « Tombouctou » de la même manière…).

Voici mes préférées:

  • Perpète-la-Galette (pour les sons)
  • Pétaouchnok (créée dans le but d’imiter un nom de ville russe!)
  • Tataouine-les-Bains (Tataouine était près d’un bagne militaire français en Tunisie, « les-Bains » est un suffixe courant dans les campagnes françaises)
  • et bien sûr « Trou du cul du monde« , un classique.

Au Québec – qui aime bien châtie bien –, nous utilisons souvent une ville bien de chez nous pour signifier la même chose et, chanceuse, c’est Chibougamau qui a écopé! Je me demande bien quel est le ressenti des gens de cette ville à ce sujet…

« Oublie ça, on va pas là, c’est à Chibougamau! »

Plus politiquement correct, nous avons aussi inventé des noms de villes imaginaires de la même manière que les Français:

Comme les Français, nous n’avons pas eu à aller bien loin pour inspirer ces noms farfelus, notre toponomie réelle en répertoriant déjà son lot.

Il me faut mentionner au passage cette pépite québécoise: le village Saint-Louis-du-Ha ! Ha ! tout près de Rivière-du-Loup, peut-être le seul nom de ville au monde comportant des points d’exclamation. Village bien réel fondé en 1874 au Québec, il se dénommerait ainsi pour cette raison:

Selon la Commission de toponymie du Québec, un haha est un archaïsme de la langue française qui désigne un cul-de-sac ou un obstacle inattendu. (Extrait de l’excellent jeux-questionnaire « Ces villages aux noms insolites » de Pierre Duchesneau dans L’actualité)

Et nous restons dans le thème en venant vers la notion de cul-de-sac…!

Autre question sur ce nom de village : aurait-il inspiré le nom de la série d’émissions d’humour québécoises très populaires des années 80: « Les Lundis des ha! ha! »?

Ahh pour le plaisir uniquement, voici une introduction générique de ces émissions excellentes, animées par le duo d’humoristes québécois Ding et Dong:

Clair comme de l’eau sale (+ Erratum)

Eau sale et verteCette expression française peu courante et pas banale peut vous servir en France lorsque, un interlocuteur vous présentant une explication fallacieuse, confuse ou embrouillée, vous avez subitement envie de lui dire subtilement que vous ne comprenez rien, que vous ne bitez que-quick ou encore que vous êtes en total désaccord.

En lui répliquant ironiquement « Ouais, c’est clair comme de l’eau sale… » vous lui signifiez par cet oxymore que c’est tout sauf « clair comme de l’eau de roche » !

Cette expression est aussi appropriée pour décrire quelque chose qui a l’air évident, mais qui est en fait plutôt ambigu…

—————

Mise-à-jour

J’ai fait une erreur! Tel qu’il m’a été signalé par des lecteurs éclairés, l’expression « Clair comme de l’eau sale » n’existe pas. (Aah, ma sale mémoire a flanché!)

Il existe des expressions similaires, dont les suivantes :

« Clair comme de l’eau trouble« 

« Clair comme du jus de chaussette« 

« Clair comme de l’eau de vaisselle« 

« Clair comme du jus de chique« 

Le sens de ces expressions semble être le même que ce qui est décrit ci-dessus cependant.

Désolé pour l’imbroglio…

Merci pour votre compréhension et votre vigilance à tous!

Les monsieurs-madames…

Joignons l’utile à l’agréable…

Pendant les fêtes, il nous est tous déjà arrivé de s’emmerder au point qu’on rêve d’avoir une blague (même pourrie) sous la main pour améliorer une ambiance vaseuse. Un bon stock de Monsieur-Madame est toujours bon à avoir dans ces cas-là.

Ces blagues françaises sont basées sur la phonétique (trop simple, fallait y penser…). Le principe est le suivant : on demande le prénom du ou des enfants qui pourrait aller avec un nom de famille donné…

Pour l’occasion, j’ai sélectionné pour vous les Monsieur-Madame qui marchent ! (Parce qu’il y en a plein qui sont foireux, mais on dirait que ça les fait encore plus marrer…ahahahah, bref!)

Bidonnez-vous bien…

  • Monsieur et Madame Auvert-Cépasbon ont une fille. Comment s’appelle-elle ? Elvire…
  • Monsieur et Madame Bistreau ont un fils? Alonso…
  • Monsieur et Madame Bijoba ont un garçon? Joe…
  • Monsieur et Madame Schdanslejardin ont une fille? Mélanie…
  • Monsieur et Madame Daifritdégueulassedevanlecampmilitair ont un garçon, comment s’appelle-t-il? Yvan…
  • Monsieur et Madame Duciel ont cinq enfants : Betty, Baba, Noël, Quentin et Sandra Duciel.
  • Monsieur et Madame Dalore ont un fils? Omer…
  • Monsieur et Madame Egée ont faillit avoir un enfant Yves (I.V.G. étant le terme le plus utilisé en France pour désigner l’avortement : interruption volontaire de grossesse)
  • Monsieur et Madame Hervitmonslipe ont un fils ? Jean-Phillipe…
  • Monsieur et Madame Enfaillite ont une fille ? Mélusine…
  • Monsieur et Madame Frigausquettapri ont un fils : Roméo…
  • Monsieur et Madame Froy ont sept enfants. Sylvie, Aude, Anne, Marc, Sanson, Giles et Laura. (« S’il vit au Danemark sans son gilet, l’aura froid. »)
  • Monsieur et Madame Forbe ont trois fils ? Jésus, Hans, Hubert… (« Je suis en super forme » avec le nez bouché…)
  • Monsieur et Madame Groidansmabainoiraichaipaquoihenfair ont un fils? Comment s’appelle-t-il ? Gédéon…
  • Monsieur et Madame Grapoursuissoneffet-jelasotetoutelanui ont une fille? Sylvia…
  • Monsieur et Madame Lairbon ont un fils. Comment s’appelle-t-il ? Oussama…
  • Monsieur et Madame Menvussa ont un fils? Gérard…
  • Monsieur et Madame Nouissement ont une fille? Eva…
  • Monsieur et Madame Némard ont un fils, comment s’appelle-t-il ? Jean
  • Monsieur et Madame Otéalamain ont un fils ? Cédric (accent allemand…)
  • Monsieur et Madame Ocardetour ont un fils ? Adémard…
  • Monsieur et Madame Ouquoi ont deux fils ? Ted et Bill…
  • Monsieur et Madame Zobassortir ont un fils ? Edmond…
  • Monsieur et Madame Zetteofrai-Onnarivepourlappéro ont une fille ? Mélanie (« Mets l’anisette au frais, on arrive pour l’apéro »)

Bonnes fêtes, donc!

Hommage aux Têtes à claques

Il faut rendre à César ce qui est à César, les Têtes à Claques (ces humoristes québécois diffusés au Québec et en France) contribuent énormément à diffuser le sens de l’humour québécois et avec lui, une part de son langage populaire.

Comme chaque sketche est une mine d’or d’expressions, en voici ici une retranscription libre avec une petite « traduction » des expressions, des termes et des prononciations employés, qui peuvent rendre certains bouts cryptiques, voire incompréhensibles, pour les auditeurs français…

Pour ce faire, j’ai choisi le sketche « La Pénalité » (particulièrement fleuri, bien sûr, car c’est un hockeyeur qui parle…), que vous pouvez visionner ci-dessous :

http://www.youtube.com/watch?v=xnLgQNmgq5ohttp://www.tetesaclaques.tv/video.php?vid=41#


(Voix haut-parleur: « Pénalité de 2 min. au numéro 32 des Blaireaux de Ste-Thérèse pour rudesse)

Rudesse, rudesse,… j’l’ai juste plaqué, criss1.
On joue-tu au hockey, ou au badmindton icitte2 ?
Bah, j’ai p’t’être rentré d’aplomb dans la bande3 là,
mais, à quoi tu crois qu’y sert notre équipement ?
à nous protéger contre la grippe ?
Ben woyons don’4 ! on est tout « paddés »5 pour ça !

Enwoye6 Bilodeau*, « kill » !!!

Hein, ça a pu de bon sang, ‘stie7,
avec le nouveau règlement,
y a pus moyen8 de se taper s’a yeule9 tranquille, là.
Pénalité, expédition,…
Heille, j’ai-tu d’l’air d’une ringuette10, moi ?
Non, bon ben laisse-moi varger11 dessus criss, ça me détend !
C’est pour ça qu’on fait du sport, pour se détendre…

Envoye Caron*, arrache-y la face !!!

Parce que moi, c’est mes frères qui m’ont appris à jouer.
Ok, la plupart sont en-dedans12 aujourd’hui là,
mais j’ai des maudits bons souvenirs !
On jouait sur la patinoire à côté de l’église,
pis on finissait toujours nos matchs à grands coups de poings s’a yeule, là.
Maudit13 que c’tait plaisant…
Même le curé s’en mêlait; y fessait14 fort le gros…
C’tait le bon vieux temps! Ouen…

Qu’essé tu15 fais, Réjean** ?
Rentre-z’y dedans, tabarnak16 !!!

Ah ‘stie, aujourd’hui les « ref »17 sont tellement sévères, là,
qu’on est obligé de se battre dans les parkings entre les périodes, là.
C’est pas très chic là t’sais18, ça fait un peu ti-coune19...
Tu viens20 que t’as pu le goût…
Ouah, moi je commence à être tanné21 de jouer au hockey,
ouah, ben tanné…

Heille, « check up »22 :
ta blonde23, c’est une plotte24!!! Hin hin hin…

(…)

Mais à toutes les fois que j’veux lâcher, là,
y a toujours un bon chum25 qui trouve le tour de me motiver…

Attend que j’te pogne26 Paquette*,
m’a27 t’encastrer dans un panier, mon ostie !!! »


(alarme de fin de partie)



* Nom de famille
** Prénom
1. Blasphème religieux « christ » couramment utilisé au Québec, prononcé sans le « t » de fin (voir l’article « Oh Christ!« ).
2. « Ici » est souvent prononcé « icitte » au Québec.
3. La « bande » est appelée « balustrade » en France.
4. L’expression populaire « woyons don !' » veut tout simplement dire « voyons ! ». Le « v » de « voyons » est souvent prononcés comme un « w » et le « c » final de « donc » n’est pas prononcé.
5. « Paddé » vient de l’anglais et désigne les équipements de protection contre les chocs, que portent les joueurs.
6. Comme pour « woyons », « envoie » (« envoyer » à l’impératif de la 2e personne) est souvent prononcé « enwoye » au Québec. Ce mot est souvent utillisé pour dire à quelqu’un de se presser (voir l’article « Vite, vite« ).
7. « Stie » est une contraction du blasphème religieux québécois « hostie » (voir l’article « Hostie… »), très couramment utilisé.
8. Expression québécoise très courante voulant dire « c’est pu possible ».
9. Le mot « gueule » est parfois prononcé « yeule » au Québec.
10. Par contraction, on veut parler ici d’une personne qui joue à la ringuette. La ringuette est un sport d’hiver apparenté au hockey, pratiqué majoritairement par des femmes.
11. « Varger » signifie frapper, donner des coups.
12. Comme en France, être « en-dedans » veut dire être en prison.
13. « Maudit » est un des plus vieux blasphèmes québécois toujours en usage.
14. « Fesser » veut dire frapper fort (sans lien avec les fesses).
15. Contraction de « qu’est-ce que tu fais »
16. Blasphème québécois très emphatique (voir l’article « Pour un beau, grand, « tabarnak » libre!« ).
17. Abréviation du mot anglais « referee », signifiant « arbitre ».
18. « t’sais » est une contraction de l’expression très courante « t’sais’veut dire », qui est elle-même une contraction de « tu sais ce que je veux dire ». En France, l’équivalent serait « tu sais », « tu vois », ou encore « tu vois ce que je veux dire ».
19. Un « ti-coune » est une personne pas futée du tout.
20. « Tu viens que t’as pus le goût » pourrait équivaloir à « Tu finis par pus avoir le goût » ou « Tu commence à pus avoir envie. »
21. « Etre tanné », expression très québécoise qui signifie : en avoir marre.
22. Anglais littéral pour attirer l’attention, qui signifie « regarde ça ».
23. Une « blonde » signifie au Québec une conjointe ou une petite amie, qu’elle soit blonde ou pas!
24. Une « plotte » est un mot vulgaire pour désigner le sexe féminin et par extension une femme que l’on résume à son sexe. L’équivalent français se retrouverait plutôt pour les hommes : « ce mec, c’est une vrai bite… ».
25. Un « chum » vient de l’anglais et veut dire « ami ». Selon le contexte, cela peut aussi être utilisé pour signifier « petit ami ».
26. « Pogner » signifie prendre, attraper.
27. « M’a » est une contraction pour « Je vais ».

Pas de bras, pas de chocolat!

Les Carambars par Zxb

Voici une expression française entendue récemment que je trouve très cocasse. Elle vient à l’origine d’une histoire «drôle» provenant de caramels français de la marque Carambar. J’écris bien «drôle» entre guillemets, car ces blagues sont reconnues pour n’être en fait jamais drôles…

Wikipédia explique bien l’expression, je les cite :

« Pas de bras, pas de chocolat ! est la dernière réplique d’une histoire drôle empreinte d’humour noir:

«Maman, je peux avoir du chocolat?
– Il y en a dans le placard, va donc te servir.
– Mais Maman, je peux pas, tu sais bien que j’ai pas de bras…
– Pas de bras, pas de chocolat!»

Passée dans le langage populaire, cette expression sert à mettre en avant l’absurdité d’une interdiction […]. »

Elle est aussi utilisée dans les situations où l’on ne veut pas de faire de concession, ni s’en justifier. Cette non-justification, dont l’image de cette expression est si cruelle, cloue habituellement le bec de l’interlocuteur en moins de deux!

Donc, une expression absurde et pas du tout politiquement correcte, à utiliser avec modération !