Aaaaahhh, le tabernacle, prononcé « tabarnak » par les Québécois, quelle source de soulagement infini! Tout québécois vous dira avec conviction qu’un bon « tabarnak » bien placé est un ultime défouloir et peut vous éviter bien des consultations de psy!

Mais pourquoi « tabarnak » plus qu’un autre sacre? En amoureuse de ce mot, je vous dirais que c’est par ses consonnes bien marquées et sa voyelle constante (dans la bouche du Québécois du moins) que ce mot a quelque chose de complet, total quand on le prononce.

Il est d’ailleurs notable que ce beau « tabarnak » se prononce avec des « a » non pas « bas » (comme dans « calisse ») mais haut (et le plus nasillard possible, selon moi).

Donc, le sacre « tabarnak » n’est pas le plus utilisé car il est réservé pour les grandes occasions (pour ne pas l’user trop…), mais il est le plus grand !

Tout ceci étant dit, il est normal que ce sacre ait quelques dérivés savoureux, quoique plus loufoques que cathartiques, à son actif. Voici :

  • tabarnouche
  • tabarouette
  • tabaslak
  • et même (dans sa version la plus « soft ») tableau

Aussi, il existe une contraction avec ciboire :

  • taboire
Publicités