L’expression québécoise « feu sauvage » désigne ce qu’on appelle médicalement « herpès labial ». Pas de surprise, tout le monde au Québec boude cette expression médicale, car elle rappelle cet autre herpès, plus caché et celui-là quelque peu honteux… En France, on utilise l’expression « bouton de fièvre« , qui quoiqu’un peu plus médicale, peut aussi faire référence à la fièvre amoureuse.

L’expression québécoise « feu sauvage » décrit bien la cause souvent présumée, quand on présente à la face du monde cet infection. « Ahhh, toi t’as embrassé quelqu’un ! » On pense souvent à ce moment à un amour sauvage et effréné. Le mot « feu » dans l’expression arrive aussi à point nommé : quand on en a déjà eu un, on sait que le feu en est une assez bonne description !

Pour mieux pénétrer ce référent culturel québecois, je vous recommande le sketch musical des humoristes québécois Rock et Belles Oreilles (1986), mettant en image leur chanson « Le Feu sauvage de l’amour », dont voici le début des paroles :

Chérie, chérie, quand je t’ai rencontrée

J’ai tout de suite eu envie de t’aimer

Mais je ne pouvais pas me douter

Qu’un jour, tu allais me donner…

Le feu sauvage, le feu sauvage de l’amour !

La maladie du baiser, yé, yé, yé, yé…

 

 

Publicités